Cabinet d'expertise comptable : experts comptables à Toulouse 31, bulletin de paie, assistance juridique, gestion d'entreprise, commissaires aux comptes - AUDIT PLUS CONSEIL, gestion d'entreprise Toulouse 31. Cabinet d'experts comptables à Cazères 31
Cabinet d'experts coomptables à Toulouse et cazères Membre de l'ordre des Experts Comptables de Toulouse, Midi-Pyrénées
Compagnie Nationale des commisaires aux Comptes
  Accueil Le cabinet Les clients Demande de devis Offres d'emploi Plan d'accès
Cabinet d'expertise comptable ToulouseAudit Plus ConseilExpert comptable Toulouse, 31500

Actualité Fiscale : Remise au Parlement d'un rapport sur la fiscalité appliquée aux non résidents...    •  Précisions sur les modalités d'application de l'abattement « journaliste »...    •  Le régime d'imposition à 19% des plus-values de cessions d'immeubles à transformer en logements fixé par le Conseil Constitutionnel...    •  Travaux et charges déductibles des revenus fonciers...    •  Nouvelle exonération temporaire des dons familiaux...    •  

» AUDIT PLUS CONSEIL
»Une gamme complète de services
Expertise comptable
Audit - Commissariat aux comptes
Gestion sociale - Ressources Humaines
Gestion des Organisations
Gestion de patrimoine
Conseil Juridique
Gestion des Systèmes d’Information
Gestion et Assistance Administrative
Coaching - Gestion Stratégique
 
 
 
  » Actualité fiscale
» La nécessaire adaptation des politiques de fiscalité internationale des entreprises à la crise du Covid-19 






Cliquez ici pour lire le commentaire 








 
» Coronavirus (Covid-19) : l?exonération de TVA pour certaines importations de matériel sanitaire prolongée de 3 mois 






La décision de la Commission européenne UE/2020/491 du 3 avril 2020, prise sur le fondement des articles 51 et suivants de la directive 2009/132/CE du 19 octobre 2009, a autorisé tous les États membres à mettre en place une exonération temporaire de TVA (et une franchise de droits à l'importation) pour les importations de marchandises nécessaires à la lutte contre les effets de la pandémie de Covid-19, réalisées entre le 30 janvier et le 31 juillet 2020, par certaines organisations publiques, d?aide humanitaire ou à caractère charitable ou philanthropique (voir La Quotidienne du 20 avril 2020).

A la demande des Etats membres, la décision UE/2020/1101 du 23 juillet 2020 prolonge cette exonération jusqu?au 31 octobre 2020.

A noter : La note de la Direction générale des douanes et droits indirects (DGDDI), publiée sur le site Internet de la douane (www.douane.gouv.fr), qui précise le champ d'application de cette mesure pour la France a été mise à jour pour tenir compte de cette prolongation.

Isabelle LARCHER

Pour en savoir plus sur les conséquences du Coronavirus pour les entreprises et leurs salariés, les questions qu'elles posent et les réponses à y apporter : retrouvez notre Dossier spécial Coronavirus (Covid-19).

Suivez les dernières actualités et assurez la reprise de l?activité pour vos clients ou votre entreprise en télétravail avec Navis :





Vous êtes abonné ? Accédez à Navis à distance depuis votre domicile 

Pas encore abonné ? Nous vous offrons un accès au fonds documentaire NAVIS pendant 10 jours.

* Si vous rencontrez le moindre problème de connexion à votre Navis, contactez notre Service Relations Clients au 01 41 05 22 22 ou notre Hotline Technique au 01 41 05 77 00, du lundi au vendredi, de 9h à 18h.




Décision UE/2020/1101 du 23-7-2020



 
» TVA : une sélection de la jurisprudence rendue ces dernières semaines 






Par Philip SERVAJEAN, avocat honoraire, et Gwenael GAUTHIER, avocat chez VATIRIS Avocats 

Réalise une prestation à titre onéreux entrant dans le champ d?application de la TVA, le créateur d?une dénomination et d?un logo qui renonçant à se prévaloir d?une décision de justice lui reconnaissant le droit à la protection des droits d?auteur, concède ce droit moyennant le paiement  d?une somme qualifiée d?indemnité transactionnelle et de compensation du préjudice subi.

CAA Bordeaux 9-7-2020 n° 19BX03597

Un pharmacien a obtenu au terme d?une procédure judiciaire l?interdiction pour un réseau concurrent d?utiliser une dénomination et un logo associé qu?il avait créés et ce au titre de la protection des droits d?auteur.

A la suite de cette décision de justice, le pharmacien a signé avec le réseau concurrent un protocole d?accord transactionnel autorisant ce dernier à utiliser la dénomination et le logo moyennant le versement de la somme d?un million d?euros à titre d?indemnité transactionnelle et de compensation du préjudice subi, les deux parties renonçant pour l?une au bénéfice de la décision de la cour d?appel, et pour l?autre à se pourvoir en cassation . 

La CAA juge que l?indemnité d?un million d?euros a pour contrepartie la renonciation par le pharmacien à se prévaloir de la décision de justice lui reconnaissant le droit à la protection des droits d?auteur qu?il détient et l?autorisation qu?il donne en tant que créateur de la dénomination et du logo au réseau concurrent de les utiliser pour les besoins de leur exploitation commerciale.

En concédant ce droit d?utilisation moyennant paiement d?une somme, le pharmacien a réalisé une prestation à titre onéreux entrant dans le champ d?application de la TVA et ce alors même que la transaction qualifie la somme de compensation du préjudice subi.

Le Conseil d?Etat juge qu?il n?y a pas lieu de renvoyer au Conseil Constitutionnel la QPC soulevée par un redevable qui soutenait qu?en subordonnant le bénéfice du régime de taxation sur la marge applicable aux cessions de terrains à bâtir à la réunion de deux conditions cumulatives, l?article 268 du CGI tel qu?interprété par la Haute Assemblée méconnaitrait les principes d?égalité devant la loi et les charges publiques.

CE 16-7-2020 n° 435464

Le Conseil d?Etat casse l?arrêt de la CAA qui a jugé qu?un particulier qui ayant acquis un ensemble immobilier composé d?un chalet et de son terrain d?assiette ,a revendu comme terrain à bâtir la même parcelle ,grevée d?un immeuble inachevé , était fondé à bénéficier du régime de taxation sur la marge ,ce régime étant subordonné à la seule condition que l?acquisition du bien cédé n?ait pas ouvert droit à déduction de la taxe et en jugeant sans incidence sur sa mise en ?uvre la circonstance que les caractéristiques du bien en cause aient été modifiées entre son acquisition et sa vente.

A cette occasion, le Conseil d?Etat rappelle que les dispositions de l?article 268 du CGI lues à la lumière de l?article 392 de la directive du 28 novembre 2006 n?ouvrent la possibilité d?asseoir la TVA sur la différence entre le prix de vente et le prix d?achat que dans la seule hypothèse de la livraison d?un terrain à bâtir acquis comme tel en vue de sa revente ,lorsque l?assujetti n?a pas eu de droit à déduction à l?occasion de l?acquisition ; corrélativement, l?opération de vente d?un terrain à bâtir acheté comme immeuble bâti  est passible de la TVA sur la prix de vente total.

Dans ces conditions, le Conseil d?Etat juge qu?il n?y a pas lieu de renvoyer devant le Conseil Constitutionnel la QPC soulevée par le requérant.

N?entrent pas dans le champ d?application de la TVA, les subventions publiques perçues par un gestionnaire d?activités sportives payantes de basket-ball et ce dès lors qu?elles présentent un caractère global et forfaitaire, sans distinguer entre les opérations d?intérêt général et les actions de promotion de l?image des collectivités locales. 

CAA Versailles 10-6-2020 n° 18VE02377

La requérante qui a pour activité la gestion et l?animation d?activités sportives payantes de basket-ball a conclu :

-d?une part avec une commune une convention d?objectifs et de partenariat qui prévoit qu?en contrepartie d?une subvention, le club de la requérante conserve en première place dans sa dénomination le nom de la commune, s?engage notamment à mener des actions propres à favoriser la formation des jeunes ,à animer des stages au profit des écoles municipales, à participer à des dispositifs sportifs organisés par la ville ,à mettre en ?uvre des actions en faveur du basket handisport, à fournir un contingent de places à la commune  ; de son côté, la commune pourra utiliser librement l?image professionnelle du club et demander la participation des joueurs à des opérations de promotion du sport ou de valorisation de l?image de la ville ;

- d?autre part avec le département une convention qui prévoit qu?en contrepartie de la subvention ,la requérante s?engage à des activités d?intérêt général consistant notamment à former et perfectionner une élite de joueurs et d'athlètes, à développer des actions en direction des autres clubs du département ainsi que des actions de promotion de sa discipline et de formation sportive et à mener des actions en faveur du développement de la pratique d'activités physiques et sportives dans le département.

La Cour juge que les subventions reçues dans le cadre de ces conventions présentent un caractère global et forfaitaire, sans distinguer entre les opérations d'intérêt général et les actions de promotion de l'image des communes et du département. Elles ne correspondent pas à des prestations de services individualisées au profit des collectivités locales versantes et sont donc sans lien direct avec les avantages immédiats que celles-ci pouvaient retirer des actions de la requérante. Ainsi, les subventions reçues ne peuvent être regardées comme entrant dans le champ d'application de la TVA, le moyen tiré de ce que ces subventions sont soumises à cette taxe devant, être écarté.

 Est déductible la TVA facturée au titre de la levée d?option d?achat d?un voilier même si ce voilier est situé en Turquie à cette date et ce dès lors que dans le cadre du contrat de crédit de bail conclu en l?espèce, c?est la remise matérielle initiale du bien effectué en France qui a rendu la TVA exigible au titre d?une livraison de biens.

CAA Bordeaux 16-6-2020 n° 18BX02182

La Cour rappelle que selon les dispositions de l'article 14 de la directive 2006/112/CE, éclairées par l'arrêt rendu par la Cour de justice de l'Union européenne le 4 octobre 2017 dans l'affaire C-164/16 Mercedes-Benz Financial Services UK, en cas de signature d'un contrat de crédit-bail, l'opération doit être considérée comme une livraison de bien rendant la TVA exigible dès la remise matérielle du bien lorsqu'il peut être déduit des conditions financières du contrat que l'exercice de l'option d'achat apparaît comme le seul choix économiquement rationnel que le preneur sera susceptible de faire le moment venu si le contrat est exécuté jusqu'à son terme.

Aussi, après avoir constaté que les échéances prévues au contrat de crédit-bail signé le 19 juillet 2007 s'élevaient au total à 550 099 euros, soit un montant supérieur à la valeur vénale hors taxe du bateau, la Cour considère que l'option d'achat que la société Bonita a exercée en octobre 2009 doit être regardée comme un choix économiquement rationnel de sa part et que la mise à disposition du bateau à la société Bonita effectuée, à La Rochelle en juillet 2007, dans le cadre du crédit-bail doit être regardée comme correspondant à la livraison de ce bien en France. En conséquence, elle juge que la vente survenue dans le cadre de l?exercice de l?option d?achat était bien assujettie à la TVA en France même si le bateau était situé en Turquie au moment de la levée d?option. Dès lors et selon la Cour, c'est à tort que le tribunal administratif de Poitiers a jugé que la société Bonita n'était pas en droit de déduire la taxe sur la valeur ajoutée à raison de l'achat du bateau.  

Par ailleurs et sur le fondement des dispositions des articles L. 205 du livre des procédures fiscales et L. 199 du même code, la cour juge que la société requérante n'est pas recevable à solliciter devant la cour un dégrèvement excédant celui qu'elle avait initialement sollicité et ce dès lors qu?elle avait expressément accepté dans sa réclamation contentieuse les rectifications notifiées par l?Administration fiscale. Elle rappelle que la contestation soulevée en appel par la société et qui vient s'ajouter à celle figurant dans la réclamation contentieuse, porte en effet atteinte au quantum demandé au stade de cette réclamation.

Une indemnité versée en réparation des désordres constatés dans le cadre de la mise en jeu d?une garantie décennale n?entre pas dans le champ de la TVA. Lorsqu?elle invoque un paiement par compensation, une société étrangère doit fournir à l?Administration les éléments permettant de vérifier le montant de taxe déductible dont elle se prévaut (comptes de tiers et relevés bancaires).

CAA Paris 24-6-2020 n° 19PA02431

La société Hitachi Zosen Inova (HZI) demandait à la CAA de Paris d?annuler le jugement du Tribunal administratif de Paris par lequel ce dernier avait confirmé le bien-fondé de la décision de rejet de la demande de remboursement de crédit de TVA déposée par la société au titre du mois de novembre 2015 (l?administration ayant considéré que la TVA déductible dont le remboursement était demandé n?était pas justifiée).

Sur le 1er montant de TVA dont la déduction était contestée, la Cour relève que la société Inova et la société Hitachi Zosen Inova AG (HZI) ont été condamnées solidairement à payer à la société normande de valorisation énergétique (SNVE) la somme totale de 3 043 140 euros HT, soit 3 639 595,44 euros TTC, avec intérêts, au titre de la garantie décennale des constructeurs leur incombant. Elle note également que par convention du 27 janvier 2014, les sociétés Inova et HZI ont convenu que HZI était seule responsable de ces désordres, ce qui a conduit la société Inova a établir, le 27 janvier 2014, une facture au nom de HZI pour un montant de 3 672 394 euros TTC (dont la TVA en litige d'un montant de 601 830 euros). La CAA de Paris juge que dans la mesure où le versement de la somme litigieuse trouve son origine dans la fixation, par le juge judiciaire, d'une indemnité en réparation des désordres constatés dans le cadre de la garantie décennale des constructeurs, elle ne constitue pas la contrepartie directe et la rémunération d'une livraison de bien ou d'une prestation individualisable. Dès lors, la Cour considère que, quand bien même les décisions judiciaires ont fait état d'une indemnité à verser TTC, la société Inova n'était pas autorisée légalement à faire figurer la TVA sur la facture adressée à la société HZI et que c?est donc à bon droit que la déduction de cette TVA facturée à tort a été refusée à la société HZI.

Sur le 2ème montant de TVA dont le remboursement avait été rejetée, il s?agissait de la TVA figurant sur des factures de prestations de services émises à l?attention d?HZI par la société Inova en décembre 2010, mais qui, en raison d'un litige entre ces deux sociétés, n'ont été réglées qu?en 2014 dans le cadre d?une compensation avec des dettes réciproques de la société Inova sur HZI. Pour justifier du règlement de ces factures, HZI avait produit l'avis de paiement du 29 août 2014, les factures de la société Inova venues compenser celles de HZI ainsi que l'accord de compensation du 29 avril 2015 détaillant le flux financier entre les deux sociétés et faisant état de paiements d'acomptes. La Cour a cependant considéré qu?en l'absence d'éléments permettant de suivre l'évolution des dettes réciproques des deux sociétés, tels que le comptes de tiers de la société Inova dans les écritures de la société HZI et les relevés bancaires de cette dernière, les  pièces produites ne suffisaient pas à établir que le paiement de la facture litigieuse avait effectivement eu lieu dans le cadre de l?accord de compensation présenté par HZI. En conséquence, elle a confirmé le bien-fondé de la décision de rejet sur ce point.  

Philip SERVAJEAN, avocat honoraire, et Gwenael GAUTHIER, avocat chez VATIRIS Avocats 

Après 19 ans passés chez CMS Bureau Francis LefebvreGwenael Gauthier a participé à la création de VATIRIS Avocats. Associée en charge de la fiscalité indirecte et plus particulièrement des questions de TVA et de taxe sur les salaires, elle conseille des grands groupes industriels ou de services, mais aussi des PME et des associations (sport et évènementiel), des établissements et organismes en charge de mission de service public... Elle est membre de la Commission TVA de l?Institut des avocats conseils fiscaux et co-présidente de la Commission fiscale de l?ACE.

D?abord inspecteur des impôts, Philip Servajean a passé près de trente ans au sein de CMS Bureau Francis Lefebvre, années au cours desquelles il a fait de la TVA et de la taxe sur les salaires ses spécialités. En 2013, il reprend sa liberté pour exercer sa profession en indépendant. Il est désormais avocat honoraire.








 
» Coronavirus (Covid-19) : les tenues de protection éligibles au taux de TVA de 5,5 % sont définies 






Les K bis et K ter de l'article 278-0 bis du CGI, issus des articles 5 et 6 de la loi 2020-473 du 25 avril 2020, prévoient l'application jusqu'au 31 décembre 2021 du taux réduit de TVA aux opérations d'importation, d'acquisition et de livraison intracommunautaire portant, d'une part, sur les masques et tenues de protection, d'autre part, sur les produits destinés à l'hygiène corporelle, qui sont adaptés à la lutte contre la propagation du virus Covid-19 et dont les caractéristiques sont fixées par arrêté (voir La Quotidienne du 5 mai 2020).

L'arrêté CPAE2011014A du 7 mai 2020 (JO du 8 texte @ 25) a codifié les critères exigés pour les masques de protection (CGI ann. IV art. 30-0 E) et pour les produits destinés à l'hygiène corporelle (CGI ann. IV art. 30-0 F) (voir La Quotidienne du 12 mai 2020).

L'arrêté ECOE2014705A du 23 juillet 2020 (JO du 26 texte @ 11) définit, quant à lui, sous un nouvel article 30-0 G de l'annexe IV au CGI la liste et les caractéristiques techniques des tenues de protection pouvant bénéficier du taux réduit de 5,5 %.

Il s'agit d'une part des lunettes et visières de protection, ainsi que des composants interchangeables de ces produits qui répondent soit à la norme EN 166 : 2001 (norme relative aux protecteurs individuels de l??il), avec un marquage 3 pour l?essai de projections liquides, soit à une norme étrangère reconnue comme équivalente.

S'agissant des visières, elles peuvent répondre à la norme mentionnée ci-dessus avec les adaptations suivantes : 

  • - -les spécifications relatives à la résistance au vieillissement, à la corrosion et à l'inflammation ne sont pas requises ;
  • - la classe optique est 2 au minimum (utilisable pour un port intermittent) ;
  • - le marquage et les informations fournies par le fabricant font état d'une application limitée à la protection contre le Covid-19.

Il s'agit, d'autre part, à condition d?être revêtus du marquage CE, des dispositifs médicaux (au sens de l?article 2, 1 du règlement UE/2017/745 du 5 avril 2017) suivants :

  • - gants médicaux d?examen relevant de la classe I et gants chirurgicaux relevant de la classe IIa ;
  • - casques, blouses, surblouses et tabliers relevant de la classe I ;
  • - charlottes et surchaussures relevant de la classe I.

Conformément à l'article 5 de la loi 2020-473 du 25 avril 2020, le taux réduit s'applique de manière rétroactive et temporaire aux livraisons de biens et aux acquisitions intracommunautaires de biens pour lesquels le fait générateur est intervenu à compter du 24 mars 2020 et jusqu?au 31 décembre 2021. S?agissant des importations de ces biens, l?arrêté du 23 juillet prévoit que le taux réduit s?applique à celles réalisées à compter du lendemain de sa publication, soit à compter du 27 juillet 2020.

A noter : a. Dans le Bofip commentant l?arrêté du 7 mai 2020 relatif aux masques de protection et produits d?hygiène corporelle, l?administration a admis que, pour les opérations intracommunautaires facturées entre l?entrée en vigueur de la loi 2020-473 du 25 avril 2020 et la date d?entrée en vigueur de l?arrêté précité, les parties peuvent, d?un commun accord renoncer à l?émission de factures rectificatives (BOI-TVA-LIQ-30-10-55 n° 180 s.). On attendra donc les commentaires administratifs sur ce sujet afin de savoir si la même tolérance s?applique pour les livraisons de biens et acquisitions intracommunautaires de tenues de protection réalisées entre le 24 mars et le 27 juillet 2020 (date d?entrée en vigueur du présent arrêté).

S?agissant des importations de masques de protection et de produits d?hygiène corporelle visés à l?arrêté du 7 mai 2020, l?administration a admis que le taux réduit de 5, 5 % s?applique aux importations réalisées à partir du lendemain de la publication de la loi 2020-473 du 25-4-2020, à savoir le 27 avril 2020 (BOI-TVA-LIQ-30-10-55 n° 200). On attendra donc également les commentaires administratifs sur ce sujet afin de savoir si la même tolérance s?applique aux importations de tenues de protection réalisées dès le 27 avril.

b. Rappelons que, s?agissant des importations, le taux réduit s?applique sous réserve de l?exonération de TVA prévue, pour certaines d?entre elles, par la décision UE/2020/491 du 3 avril 2020, modifiée par la décision UE/2020/1101 du 23 juillet 2020, pour la période comprise entre le 30 janvier et le 31 octobre 2020 (voir La Quotidienne du 31 juillet 2020).

Isabelle LARCHER

Pour en savoir plus sur les conséquences du Coronavirus pour les entreprises et leurs salariés, les questions qu'elles posent et les réponses à y apporter : retrouvez notre Dossier spécial Coronavirus (Covid-19).

Suivez les dernières actualités et assurez la reprise de l?activité pour vos clients ou votre entreprise en télétravail avec Navis :





Vous êtes abonné ? Accédez à Navis à distance depuis votre domicile 

Pas encore abonné ? Nous vous offrons un accès au fonds documentaire NAVIS pendant 10 jours.

* Si vous rencontrez le moindre problème de connexion à votre Navis, contactez notre Service Relations Clients au 01 41 05 22 22 ou notre Hotline Technique au 01 41 05 77 00, du lundi au vendredi, de 9h à 18h.




Arrêté ECOE2014705A du 23-7-2020



 

 
     
  » Actualité économique

 
  » Vie des Affaires
» Les règles aménageant la tenue des assemblées générales sont prorogées jusqu'au 30 novembre 2020 
 
» Obtenir un financement par affacturage avec son seul carnet de commandes 
 
» Le dispositif « Bloctel » de lutte contre le démarchage téléphonique abusif vient d'être renforcé 
 
» La passation des marchés publics de travaux et de fourniture de denrées alimentaires est facilitée 
 
» Le fonds de solidarité se poursuit au mois de juin 2020 et s'assouplit encore et encore 
 
» Établissements recevant du public : sortie de l'urgence sanitaire mais restrictions possibles 
 
» Souscrire des emprunts bancaires sans la réunion d'une assemblée : c'est possible 
 
» Tenue d'une comptabilité irrégulière et poursuite d'un intérêt personnel : double peine pour le dirigeant 
 
» La mise en réserve systématique des bénéfices n'est pas, par principe, abusive 
 
» L'accès aux marchés publics est facilité après la crise 
 
» Nouveau soutien de financement pour les petites et moyennes entreprises 
 
» La création d'une activité concurrente par le gérant peut être loyale 
 
» Taux de l'intérêt légal au 1er juillet 2020 
 
» Le fonds de solidarité continue jusqu'à fin 2020 mais son contrôle est renforcé 
 
» Dates des soldes d'été : l'arrêté est paru 
 
     
 
Retrouvez-nous sur facebook
 

 
Les lettres d'information
 
 
  Identifiant :
  Mot de passe :
 
  Mot de passse perdu ?
FTP   Vos dossiers / FTP
sites utiles  Sites utiles
utilitaires  Utilitaires
principaux indices  Principaux indices
Lettres d'information  Lettres d'information
Fils d'information - actualités   Actualités
Déposer une offre d'emploi  Déposer une offre d'emploi
 
 
  Nos coordonnées
AUDIT PLUS CONSEIL
25 bis avenue Marcel Dassault
BP 55062
31033 Toulouse Cedex 5


Tél. 05 61 42 47 47

Nous contacter
Nous contacter

Plan d'accèsPlan d'accès
AUDIT PLUS CONSEIL
CAZERES

4, avenue Pasteur
31220 CAZERES


Tél. 05 61 90 19 32
Fax. 05 61 98 07 19

Nous contacter
Nous contacter

Plan d'accèsPlan d'accès
 

 

© AUDIT PLUS CONSEIL - 25B avenue Marcel Dassault - BP 55062 - 31033 TOULOUSE Cedex 5 - RCS Toulouse B 424 711 422
Mentions légales - Crédits - © akadom

Cabinet d'experts coomptables à Toulouse et cazères